[Test] Ori and the Blind Forest

[Test] Ori and the Blind Forest

Raaaa, Ça fait du bien ! une pépite, une perle vidéo-ludique rare dans ce monde de AAA, fun et skill. Mais c’est aussi bien plus que ça…

La splendeur

Cette exclue Microsoft (et non Xbox One), développée par Moon Studio, a su mettre tout le monde d’accord dès son annonce a l’E3 2014. Son ambiance enfantine, ses graphismes féériques font que Ori and the Blind Forest attire l’œil, et surtout, surprend par la qualité qui s’en dégage.

C’est simple, c’est une une œuvre qui s’approche très très prêt de l’art (rien que ça !)

Et l’émerveillement

La « cinématique » d’introduction, jouable, nous plonge tout de suite dans l’univers chatoyant. Ori, une petite boule de poils blanche doit rapporter la vie dans une foret dévastée. Et pour cela, un long chemin est à prévoir. Ce chemin nous permettra de voir de telles merveilles, qu’on se plait à simplement jouer pour s’émerveiller de plus belle. Chaque décor, chaque recoin est superbe, des détails en veux-tu, en voilà .. Aucune faute de goût, ni d’écart tout au long de cette aventure ! Le tout est très proche de ce qu’un Hayao Miyazaki pourrait nous servir.

 

Au service de la technique

Ori est un Metroidvania, de l’exploration, vue de côté. C’est un jeu exigeant, qui demande de l’adaptation et de la réflexion. Mais aussi une bonne dose de self-control. Sous son air de « jeu d’enfant », c’est un jeu de plateforme très exigeant. C’est l’esthétique d’un Rayman, et la difficulté d’un Super Meat Boy ! Un Die & Retry pur et dur, qui peu être éreintant pour certains joueurs. Mais lorsque tu arrives à enchainer le combo rapidité, saut, attaque, pouvoir dans un level design aux petits oignons, l’orgasme (vidéo-ludique) n’est pas loin !
Car oui, dans ce jeu de plateforme, on ne fait pas que « sauter ». Ori, aussi mignon soit-il, ne fait pas dans la dentelle avec ses ennemis. Ses compétences (double saut, attaque) mais aussi ses jauges de vie/énergie peuvent être améliorées au fur et à mesure de son expérience. Cet aspect RPG lui donne de la profondeur et autorise les allers/retours afin de parcourir de fond en comble un jeu si merveilleux.

Pour un Grand Jeu

Bon… Ori and the Blind Forest est bien un prétendant, au titre de jeu de l’année, alors qu’on est bien en Mars 2015 ! Entre l’ambiance et l’émotion qu’il dégage, la perfection de sa jouabilité et de son univers graphique, et l’enchantement de ses détails et le plaisir/fun qu’il procure, il ne lui manque rien. Son petit prix ne peux que forcer à l’achat de ce jeu, que dis-je, de cette œuvre !

Laisser une réponse